Le château du Val en forêt de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), propriété de la Société des Membres de la Légion d'Honneur

        Accueil   Composition du Bureau   Evènements récents   Evènements passés   Evènements futurs   Actualité des membres

traitrouge.jpg (4576 octets)            Hommages

 

Jean Alleaume

 

 

Jean ALLEAUME

Jean naît en 1925 dans la Sarre sous tutorat français. Il entre en 1945 à l’Ecole Polytechnique où il poursuit de brillantes études qui lui permettent d’intégrer le corps très prisé du Génie Maritime. Affecté à l’établissement des constructions navales de Nantes-Indret il devient, grâce à son dynamisme et à sa grande créativité, le spécialiste de la métallurgie des aciers spéciaux.
Ceci commence avec les tubes de vapeur équipant les grands navires comme les croiseurs et se poursuit par les cuves des réacteurs pour le premier projet de sous-marins nucléaires.
Selon Jean : « La connaissance des propriétés ultimes de la matière, la maîtrise des techniques de mise en œuvre des matériaux, sont à la base de tout progrès industriel; elles constituent un art subtil particulièrement difficile à pratiquer »
En 1957, il est appelé par EDF pour résoudre des difficultés rencontrées à la construction du premier réacteur nucléaire civil à Chinon.Quelques années plus tard au sein de sociétés comme Gazocéan puis Technigaz dont il est le patron, il apporte des innovations dans la technologie des réservoirs de transport maritime du gaz naturel liquéfié.
Jean ALLEAUME était commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur.
Il nous a quitté le 4 mars 2016.

 

 

JM Dandrau

 

 

Jean-Marie DANDRAU

C’est à Auch en 1922 que naît Jean-Marie, fils de cheminot.
A 20 ans, en 1942, il s’engage dans le 23ème régiment d’infanterie comme 2ème classe et est envoyé à Alger. En 1945, il est déjà sergent-chef.
Après une brève incursion en Allemagne, il débarque à Nah-Trang puis va à Saïgon et Haïphong où il est nommé aspirant (1947). Il sert ensuite à Casablanca, Douala, Bamako,...
En 1959, à l’âge de 37 ans, il est capitaine au 11ème RIMA. Il séjourne plusieurs années à Abidjan. Puis il est Lieutenant-Colonel à Fort-de-France quelques années durant avant d’être affecté à Saint Germain en Laye au Camp des Loges comme commandant en second.
Sa carrière militaire lui vaut 12 citations, la croix de guerre 39-45, la médaille militaire, la croix de guerre des TOE avec palmes, la croix de la valeur militaire ornée de 3 étoiles et la Légion d’honneur dont il deviendra Commandeur.
Rendu à la vie civile après 25 années de service, Jean-Marie DANDRAU occupe la fonction de proviseur à l’institution Notre-Dame de Sainte-Croix de Neuilly.
Dans ses mémoires, il écrira : « Pour qu’un homme suive son Officier jusqu’au sacrifice, il faut qu’il ait pour lui un respect, une estime et j’irai jusqu’à dire une affection et une confiance que seul peut lui inspirer un chef de qui rayonnent une vie militaire irréprochable, l’amour du métier et le culte de la Patrie »
Ce père et grand-père, sportif capable de courir le semi-marathon de Paris à 80ans, nous a quitté en mai 2016.

 

Georges leveque.jpg (246525 octets)

 

 

Jean-Georges Lévêque

Le 21 octobre 2015 nous déplorions le décès de Jean-Georges Lévêque âgé exactement de 100 ans et 1 mois. Il était né en effet le 21 septembre 1915.
Diplômé de l’École Nationale Professionnelle d’Armentières et du Conservatoire National des Arts et Métiers, il exerça dans différents établissements de l’industrie aéronautique. Il gravit brillamment tous les échelons de la hiérarchie en raison de ses compétences et de ses qualités.
Le jeune chef de section technique du début devint ainsi le plus jeune directeur d’usine à Sartrouville à 38 ans. Ensuite, il fut notamment directeur de production des engins de Nord-Aviation et c’est ainsi que jusqu’à son dernier souffle il évoquera souvent les missiles auxquels il a consacré une part importante de sa vie.
Il figurera dans le dictionnaire biographique Who’s Who des années 1971-1972. Ses qualités humaines de volonté, de générosité, d’exigence et d’élégance, sans oublier son humour l’ont fait remarquer dans tous les milieux où il a œuvré, notamment au sein du Comité SEMLH de St Germain en Laye comme délégué local de Sartrouville jusqu’en 2008.
Tout au long de sa vie, il reçu de nombreuses distinctions : Chevalier de la Légion d’honneur, Médaille de l’Aéronautique, Officier de l’Ordre de St Michel (Belgique), Médaille de la Jeunesse et des Sports, Médaille de Vermeil des Arts, Sciences et Lettres.
Il était membre de l’Association des Ingénieurs et Techniciens de l’Aéronautique et de l’Espace, ainsi que des « Vieilles tiges », vieille association qui regroupe des amateurs d’aviation depuis 1922.

 

Solange Solange RICHARD-FONTANEL

Solange est décédée le 24 février 2015 à Créances. Elle était âgée de 88 ans.
A l’occasion de la journée des martyrs déportés du 27 avril 2014, Solange RICHARD-FONTANEL avait reçu à Coutances (Manche) des honneurs mérités en présence de personnalités locales et de la sous-préfète.
Solange était déléguée de Sartrouville au sein de notre comité jusqu’en 2008. Elle a résidé à Sartrouville jusqu’en 2011 mais est ensuite allée s’installer à l’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Créances dans la Manche.
Pendant l’occupation, elle avait 18 ans et occupait la fonction de secrétaire de mairie à FISMES, près de REIMS. Elle n’a pas combattu avec des armes mais avec son coeur. En inscrivant « Néant » sur l’état des juifs à Fismes, elle prit un très gros risque mais aucune arrestation de juifs n’eut lieu. Prévenus, ils sont partis. Sa fonction lui a permis d’établir des documents d’identité et de protéger plusieurs personnes des ardeurs des occupants.
Arrêtée sur dénonciation le 8 juin 1944 à la mairie de Fismes, elle en sortit encadrée par deux agents de la Gestapo. Son père assistera impuissant à son arrestation. Interrogée et battue au PC de la Kommandantur de Reims, elle sera déportée dans les camps de concentration nazis le 4 juillet 1944.
Après neuf mois de captivité pendant lesquels elle a enduré souffrances et maladie, elle eut la chance d’être libérée par les alliés en mai 1945. Par la suite, des dénonciateurs; une femme et ses fils furent condamnés et exécutés.
C’était une personne discrète qui a reçu de nombreuses distinctions.

 

 

 

 

Copyright 2017-2018 SMLH / MICHEL THIZON